Posture : le formateur réalisateur

Voici le développement d’un texte paru le 30 septembre 2017 (Tribune de Genève & 24h).
Nous adorerions recevoir vos commentaires à ce propos.

La formation prend de plus en plus d’importance. La nouvelle loi soutient la formation continue. La société aura de plus en plus besoin de formateurs.
Pourquoi pas vous ?!

Qui est concerné-e ?

Nous avons chacun-e des connaissances et des compétences à ‘transmettre’. Nous pouvons donc tou-te-s devenir formatrices/formateurs.

Souvent, un grand nombre d’entre nous fait déjà de la formation d’adultes, sans y penser, sans le mettre en valeur : nous animons de petits ou de grands groupes de personnes de 16 ans et plus (au minimum 3 personnes), dans un cadre où il s’agit de faire apprendre quelque chose, et nous vérifions que c’est acquis.

La formation de formateur peut aboutir en Suisse à un brevet fédéral. La nouvelle loi vous permettra donc d’être en grande partie remboursé-e par la Confédération, directement, dès que vous aurez demandé ce brevet.

La formation, c’est de l’enseignement ?

En fait on pourrait plutôt se demander ce qu’est un ‘enseignement’ réussi. Au départ, tout futur enseignant ou formateur rêve de ‘transmettre’ ses connaissances à d’autres. Il se dit alors qu’il doit avant tout connaître ce qu’il va ‘enseigner’, et se prépare souvent très intensivement pour donner cette matière… comme on préparerait un repas. C’est presque toujours profondément généreux.

La difficulté est que trop souvent nous avons tellement envie de donner que nous ne nous demandons pas ce que les participants auront envie de prendre. Et le repas tourne parfois au gavage.

En outre, on se pense très souvent “sur scène”, comme dans un one man show : on a préparé, on dispose, on reçoit les applaudissements.

Pour une raison que nous développons en formation, les applaudissements tardent, pour rester polis. Et la démotivation ne fait que commencer (“quand je pense que j’ai fait tout ça pour eux !”).

Un truc pratique

Un simple truc, mais il est précieux : ne vous pensez pas comme un acteur qui va dispenser un discours; pensez-vous comme un réalisateur de film : vos participants sont vos acteurs ; vous les cadrez dans leur travail, mais vous les laissez être actifs (des participants qui participent, vous verrez, c’est plutôt sympa!).

Lors de votre préparation, vous pensez à eux : “après tant de temps, ils disent ceci, ils font cela”… Vous aurez préparé votre cours en pensant à eux, à ce qu’ils allaient faire de votre cours, et non pas en vous mettant au centre, et en préparant votre discours.

C’est ce changement de posture qui fait toute la différence.

Nous continuerons ce texte bientôt :-)

 ♣

FormationS.ch est composé de professionnels qui s’investissent pour le développement de la formation continue. La nouvelle loi nous réjouit.

Pour nous, la formation continue c’est tout sauf le retour à l’école ! C’est un es- pace et un moment d’apprentissage qui permettra aux participant-e-s de béné- ficier de votre expérience comme l’une des ressources à leur disposition.

C’est cela, notre démarche dans nos formations de formateur, jusqu’au brevet fédéral. Et le plaisir d’un échange entre professionnels. Avec vous ?

 ♣

Texte paru dans la Tribune de Genève et 24h du 2 octobre 2017

171002